Accueil / Articles / Le planning

Le planning

Le planning est sûrement un des seuls documents de chantier qui concerne absolument tout le monde, du client à l’entreprise, et à tous les niveaux de responsabilité. Chaque intervenant a besoin de connaitre à l’avance et aussi précisément que possible le déroulement du chantier car il a de grandes répercutions financières.

Côté maître d’ouvrage, il conditionnera les déblocages de fond auprès de la banque et donc le montant des intérêts intercalaires. Si les biens sont destinés à la revente, les acquéreurs sont également liés à leur banque par ce planning.

Côté maîtrise d’œuvre, ce document servira de « partition » pour organiser l’intervention de chaque entreprise. Il servira également de référence pour évaluer le retard des entreprises et leur imputer d’éventuelles indemnités.

Côté entreprise, il est dans un premier temps indispensable pour chiffrer les frais de chantier (matériel, bungalows, grue, chef de chantier, etc.) et, de ce fait,  essentiel pour remettre une offre de prix cohérente. En exécution, il conditionnera les dates d’affectation des ouvriers et donc le nombre d’heures consommées pour l’opération. Il permettra de planifier l’organisation des autres entreprises et sous-traitants, les locations de matériel, etc.

Planning de Gantt

Un planning de Gantt

A chaque étape son planning

De nombreuses appellations existent. Je vous indique ici celles que j’emploie..

En phase DCE, on parlera généralement de Planning Enveloppe. Il sert à indiquer à chaque entreprise répondant au DCE les bornes qui lui sont imposées pour réaliser les travaux.

En phase étude de prix, on parlera de Planning Prévisionnel d’Exécution. Remis avec l’offre de prix, il permet de montrer au client que l’entreprise a soigneusement réfléchi à la planification du projet et permet de mettre l’accent sur certaines difficultés ou incohérences dans le planning enveloppe.

En phase EXE, on dissocie parfois le Planning Objectif et le Planning Client. Le premier  correspond au planning le plus tendu que devra essayer de respecter l’encadrement de chantier. Le second quant à lui est un planning plus souple qui permet de prendre en compte des aléas et retards éventuels. Cette dualité permet de juger l’acceptabilité d’un retard :

  • être en retard sur le planning objectif mais pas sur le planning client est acceptable
  • être en retard sur les deux plannings n’est pas admissible
  • (être en avance sur les deux plannings est évidement idéal)

Construire son planning

Le diagramme de Gantt

Il existe plusieurs types de représentation graphique pour un planning, mais une seule est vraiment utilisée dans le BTP : le diagramme de Gantt.

CHAPITRE PREMIUM à retrouver dans le livre PREPARER UN CHANTIER DE BATIMENT

Les logiciels

Il existe de nombreux logiciels permettant la construction de ces diagrammes (PSN, MS Project, etc). Quel est le meilleur logiciel ? Au vue des besoins de notre corps de métier, j’aurais tendance à dire qu’il suffit d’avoir un logiciel assez généraliste qui permette :

  • de gérer les enchainements de tâches
  • de gérer les ressources affectées aux tâches
  • de gérer certaines formules de calcul

Le plan

Le plan doit être assez détaillé pour que l’ensemble des prestations qui vous incombent y soient visibles. Aussi, dans un premier temps, il est judicieux d’utiliser votre Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP). Ensuite, vous vous apercevrez que certains postes du CCTP sont  trop généralistes et que les travaux correspondant s’effectuent en plusieurs phases. Vous créerez donc une décomposition de ce poste afin d’avoir une barre par phase.

Les logiciels de planification gèrent très bien l’indentation des tâches. Celle-ci doit aller du plus général au plus détaillé. Par exemple :

1.      Bâtiment A

1.1.   Etage 1

1.1.1.      Tâche 1

1.1.2.      Tâche 2

1.2.   Etage 2

1.2.1.      Tache 1

1.2.2.      Tache 2

Les durées de tâches

Dans un premier temps, vous utiliserez le Devis Quantitatif Estimatif (DQE) qui quantifie l’ensemble des ouvrages à votre charge. Au moyen des cadences habituelles de votre entreprise, vous en déduirez une durée et l’appliquerez à votre tâche.

Tout comme avec le CCTP, vous vous rendrez vite compte que la décomposition de certains postes n’est pas suffisante. Vous ferez donc vos propres métrés pour ces postes là et appliquerez la bonne durée aux tâches concernées.

Les liaisons de tâches

Les logiciels de planification gèrent l’interdépendance des tâches. Généralement, 4 types de liaisons existent :

  • Fin à Fin (FF)
  • Fin à Début (FD)
  • Début à Fin (DF)
  • Début à Début (DD)

Il est possible de compléter ces liaisons par un décalage d’une durée donnée. Exemple FD + 5 jours.

Attention : les liaisons de tâches doivent absolument être logiques ! Il doit exister un lien concret entre deux postes (fin d’une dalle pour attaquer les voiles du dessus par exemple). Votre planning va évoluer, si des liaisons sont en trop ou d’autres manquantes, c’est la logique même de votre planning qui va être détruite ! N’hésitez pas à cumuler plusieurs liaisons si cela est nécessaire.

Les ressources

L’utilisation de celles-ci est très différente selon les logiciels mais l’objectif reste le même : affecter des ressources humaines ou matérielles aux différentes tâches afin d’obtenir le cumul de chaque ressource par date du projet. On matérialise généralement ces données sous la forme d’un graphique avec en X le calendrier et en Y le cumul des ressources. Le mieux est de vous référer à l’aide du logiciel employé.


Les pièges à absolument éviter !

Les jours fériés

11 jours fériés par an = 3% du temps de travail annuel et autant d’indemnités de retard !

Vérifiez que ceux-ci sont chômés dans votre logiciel.

Les congés

Votre entreprise ferme 2 semaines en août ou fait un des ponts du mois de mai ? Pensez à rendre ces jours chômés…

Le temps de travail

Le temps de travail doit bien évidemment être configuré dans votre logiciel après mûre réflexion. Votre chantier travaillera t’il 5 ou 6 jours par semaine ? Combien d’heures par jour ? Un chantier qui travaille 5 jours alors que le planning était prévu sur 6 jours aura 20% de retard !

Les liaisons de tâches

Avant toute diffusion, vérifiez à nouveau la cohérence de vos enchainements de tâches. Une incohérence à ce niveau là vous fera perdre toute crédibilité…


Conclusion

Le planning est le système nerveux du chantier. Sans celui-ci, rien ne fonctionnera comme prévu. Il ordonnance l’intervention des entreprises et permet d’anticiper la date de fin des travaux.

SOIGNEZ ce document ! Le temps c’est de l’argent ! Toute erreur sera forcément suivi d’un impact financier ! Et le temps coûte souvent très cher…

Envie d’en savoir plus et de vous exercer ?

Découvrez le premier livre dédié à la préparation des chantiers du BTP : Préparer un Chantier de Bâtiment. Un ouvrage en 2 tomes :
Tome 1 : LE LIVRE REFERENCE
Tome 2 : LES EXERCICES CORRIGES

A propos de Clément VALENTE

Clément VALENTE est ingénieur méthodes expert en préparation de chantier depuis plus de 10 ans, formateur dans plusieurs écoles supérieures et instituts de formation, je suis également l'auteur du livre PRÉPARER UN CHANTIER DE BÂTIMENT.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>