Accueil / Articles / Choisir le mode de production du béton
Une centrale à béton
Une centrale à béton

Choisir le mode de production du béton

Généralités

Béton Prêt à l’Emploi ou centrale à béton chantier ? La question revêt une importance particulière lorsque l’on sait ce que coûte un mètre cube de béton. Mais faut-il pour autant s’arrêter à l’aspect économique pour faire votre choix ? Quels sont les autres paramètres à prendre en compte ?

Une centrale à béton
Une centrale à béton

Le coût de revient

Bien sûr, c’est le premier aspect à regarder. Une hypothèse de coût de revient du béton est nécessaire en phase étude de prix / DCE.
Ce prix correspond soit :

  • à une offre faite par un des fournisseurs consultés
  • à une estimation du coût de revient de béton centrale

Dans le premier cas, c’est simple : il faut consulter et faire jouer la concurrence.
Dans le second cas c’est plus compliqué. Comment estimer précisément le coût de fabrication du béton ?

Pour le comprendre, regardons de quoi on a besoin pour produire du béton. Il nous faut :

  • du matériel : centrale à béton
  • des matériaux : ciment, granulats, adjuvants éventuels, eau (de production)
  • de la main d’œuvre de production : un bétonnier
  • des consommations : électricité et eau (de lavage par exemple)
  • des prestations annexes : essais de résistance, études géotechnique…

Examinons maintenant le détail des dépenses associées à ces 5 thèmes.

Le matériel : la centrale à béton

Bien sûr, il faut prendre en compte l’achat ou la location de la centrale à béton. Mais il faut également considérer :

  • les frais d’acheminement,
  • l’installation, les branchements, les vérifications après montage,
  • le repli et les transports liés
  • les frais d’entretien et de réparation.

N’oubliez de prendre en compte tout ce qui compose ces postes (exemple : l’installation sous-entend de créer des fondations sous la centrale, ce qui implique de la main d’œuvre, des matériaux, des consommables…)

Si vous possédez une centrale à béton, il faut également tenir compte de l’amortissement de cette dernière… Si son achat est déjà amorti, tant mieux pour vous, cela ne viendra pas gonfler votre prix de revient.

Les matériaux

Les matériaux composant le béton sont :

  • le ciment
  • le sable
  • le gravier
  • l’eau

Il faut donc être en possession de prix unitaires pour chacun des ces matériaux, fruits de consultations et de démarches commerciales.

Mais comment connaitre les quantités exactes de ces matériaux ?
La DPGF n’indique pas toutes ces quantités, en revanche, elle est censée vous informer des quantités totales de béton par catégories (CPA-CEM I 52.5, CPJ-CEM II 42.5, etc.). Il vous faudra alors trouver la formulation de béton nécessaire pour produire des bétons respectant ces catégories. Suivez les directives de votre bureau de contrôle et la documentation technique de votre centrale.

Lorsque vous saurez précisément que votre CPA-CEM I 52.5 sera composé à x% de ciment, x% de sable, etc., vous n’aurez alors qu’à appliquer ces compositions aux quantités fournies pas la DPGF pour obtenir les quantités de matériaux associées.

La main d’œuvre de production

C’est probablement le plus simple à estimer. Si le bétonnier est salarié de l’entreprise, vous connaissez son taux horaire (TH). S’il est intérimaire, partez sur un TH habituellement rencontré pour cette affectation.

Oui mais… quel volume d’heures faut-il mettre en face de ce TH ?

C’est le planning qui va vous le dire. Vous avez besoin du bétonnier à compter de la date des premiers bétons et jusqu’à la date des derniers bétons. Ajouter à cela une semaine supplémentaire, pour l’installation et le repli de la centrale.

Oui mais… sur quelle amplitude horaire ?
Votre bétonnier doit être présent tant que la grue travaille. C’est la charge de grue (ou saturation de grue) qui va vous dire à combien d’heures cela correspond. Si celle-ci est inférieure à l’amplitude légale maximale, partez sur une amplitude égale à la charge de grue, sinon, vous aurez besoin d’un bétonnier supplémentaire…

Les consommations

C’est une des difficultés majeures dans l’estimation du coût de revient du béton… Comment estimer ses consommations en eau et électricité ?

Pour l’électricité, utilisez la documentation technique de votre centrale qui devrait vous donner la consommation moyenne. Appliquez cette consommation aux temps de travail total de votre centrale et vous aurez une idée de votre consommation électrique. Mais cela ne prend pas en compte l’éclairage, le matériel portatif utilisé, etc.

Pour l’eau, on ne parle PAS ici du matériau de composition du béton. On parle de l’eau utilisée en complément, pour le lavage des bennes et de la centrale à béton. Alors là… C’est impossible à estimer. Il est nécessaire d’avoir des retours de chantier à ce sujet, quitte à installer un sous-compteur sur certains chantiers. Et foisonnez vos estimations…

Les prestations annexes

La réglementation impose des réaliser des essais périodiques de résistance (généralement tous les 250m3 pour les bétons chantier, mais cela varie en fonction de la classe du béton. Tous les 500m3 pour les BPE).

Il est parfois nécessaire de réaliser une étude de sol complémentaire pour vérifier la stabilité de la centrale (exemple : centrale en tête d’une paroi clouée).

Enfin, vous devrez demander à un bureau d’étude de vous fournir les plans de coffrage et ferraillage pour les fondations de votre centrale. Consultez les bureaux de contrôle et BET pour connaitre leurs tarifs.


Les autres critères déterminants

La place disponible

Une centrale à béton prend énormément de place. Le bras raclant peut avoir une longueur de 8 mètres, soit un diamètre de 16 mètres ! Tous les chantiers ne peuvent pas se permettre un tel luxe. Il arrivera très souvent que l’on soit dans l’incapacité de positionner une centrale à béton.

Résistez à la tentation de réduire l’amplitude de giration du bras raclant ! Faire cela revient à réduire la capacité de stockage des granulats, et il vous faudra alors prévoir un stock déporté avec une chargeuse pour réapprovisionner la centrale en cours de journée, ce qui engrange des frais et ennuis supplémentaires…

Il existe des centrales avec silo de stockage vertical des agrégats.

Centrale à silo vertical d'agrégats
Centrale à silo vertical d’agrégats

Un tel matériel permet de considérablement réduire la largeur nécessaire (besoin d’environ 4 mètres), mais la longueur d’emprise est plus importante. En effet, le camion déverse son chargement dans une trémie de reprise, qui elle-même déverse sur un tapis roulant, qui lui-même rempli des godets sur chaine verticale qui vont se déverser en point haut du silo. La chaine d’approvisionnement se fait donc de manière linéaire.

Les horaires de travail de votre chantier

Votre planning est très tendu. Vous travaillez 6 jours sur 7, de 06 heures à 22 heures… Pensez-vous qu’une centrale BPE saura vous approvisionner dans ces conditions ? Tout est possible me direz-vous, mais à quel prix ?

Une centrale à béton apporte une souplesse bien plus grande que le BPE. Vous serez beaucoup plus aptes à absorber les aléas et les amplitudes de travail mirobolantes en étant équipés d’une centrale.

Les contraintes environnementales

Une centrale à béton génère de la poussière, du bruit, de la pollution (eaux de lavage au pH basique), ce qui n’est pas forcément compatible avec une production en ville ou dans des espaces protégés. A contrario, produire du béton sur le chantier nécessite moins de transports : 100m3 de béton sur chantier génèrent un flux d’environ 7 camions, alors qu’en BPE il faudrait 15 camions…

Au temps de l’écologie et des chantiers « sans nuisances », ces éléments rentrent de plus en plus en compte dans la décision. A ce sujet, seules les pièces écrites du DCE et la maitrise d’œuvre sauront vous aiguiller.

Les pièces écrites

Il arrive que certains clients aient des exigences particulières (les industriels par exemple). Des bétons spéciaux peuvent être nécessaires, que ce soit de part leur classe de résistance ou de part leur aspect (bétons teintés par exemple). Il arrivera donc que la production chantier soit interdite, dans ce cas, oubliez tout ce que l’on vient de se dire et respectez votre marché !


Conclusion

Le choix du mode de production du béton est très compliqué, en tout cas si l’on souhaite vraiment l’inscrire dans une recherche d’optimisation du coût de la construction. Il vous faudra prendre en compte de nombreux paramètres et prendre des hypothèses cohérentes. Faites-vous aider par les équipes travaux, et notamment les chefs de chantier.
D’autant plus que votre entreprise peut avoir des habitudes de travail figées, et ne pas forcément chercher l’optimisation sur ce poste…

Cet article est inspiré du livre
PREPARER UN CHANTIER DE BATIMENT

preparer-un-chantier-de-batiment 
  • 1 Livre complet
  • 1 Cahier d'exercices
  • 1 an de vidéos
  • 1 épreuve de 90 questions
  • 1 attestation d'aptitude à la clé
  • Livré en une minute dans votre boite mail !

Paiement sécurisé par stripe-paiement Je préfère utiliser Paypal

En commandant, vous acceptez les conditions générales de vente et d'utilisation et le renoncement à votre droit de rétractation dû à la nature numérique et personnalisée du produit.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A propos de Clément VALENTE

Clément VALENTE est ingénieur méthodes expert en préparation de chantier depuis plus de 10 ans, formateur dans plusieurs écoles supérieures et instituts de formation, je suis également l’auteur des livres PRÉPARER UN CHANTIER DE BÂTIMENT et BIM & BTP / Construire grâce à la maquette numérique.

A lire également

Dimensionnement Calage Sous Etai

Dimensionnement de calages sous étais

Note de calcul du prix de revient du béton fabriqué par une centrale à béton …

Cout Beton Centrale

Cout de fabrication du béton avec une centrale de chantier

Note de calcul du prix de revient du béton fabriqué par une centrale à béton …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *