La rotation de banches

Méthodes BTP > Articles  > La rotation de banches
Rotation de banches en 3D

La rotation de banches

On entend par « rotation de banches » la succession de phases représentant l’ordre d’exécution des voiles d’un niveau. La rotation de banches prend communément la forme d’un carnet de plusieurs pages. Chaque page représente un jour relatif (Jour 01, Jour 02, etc.) sur lequel sont mis en surbrillance les ouvrages réalisés ainsi que le matériel employé pour leur réalisation.

Le cycle de réalisation

On parle de « cycle de réalisation » dès lors que l’on résonne sur un étage complet, c’est-à-dire avec tous ouvrages qui le composent :

  • les voiles
  • les poteaux
  • les poutres
  • les dalles

La « rotation de banches » n’est donc qu’une partie du « cycle de réalisation » d’un niveau. Le cycle de réalisation est composé d’une rotation pour chaque type d’ouvrage. On ne peut évidemment pas planifier son chantier en ne se basant que sur les voiles, il est évident qu’il faut réaliser l’ensemble des ouvrages porteurs avant d’attaquer les voiles du niveau supérieur.

La répétitivité des ouvrages

Avoir un jour de retard par niveau est acceptable si le bâtiment compte 3 niveaux, mais s’il en compte 15 le problème est tout autre. L’intérêt d’avoir des rotations fiables croit proportionnellement avec la répétitivité des ouvrages. N’oubliez pas que toute erreur sera multipliée par le nombre de niveaux concernés par la rotation.

Quand réaliser la rotation de banche ?

Les rotations sont en général un document d’exécution. Il est établi par le service méthodes à réception des plans béton armé « bons pour exécution ». Toutefois, il arrive que des rotations « de principe » soient établies en phase étude. C’est généralement le cas lorsque :

  • le planning est très tendu : la rotation permet de valider les durées de tâche
  • le bâtiment compte de nombreux étages identiques : (cf. répétitivité des ouvrages)

En phase EXE, il arrive que des chantiers ayant pris du retard soient amenés à faire des rotations de « recalage ». Les durées disponibles pour chaque tâche restante ont été réduites, les cadences ont donc augmenté et il faut donc réaliser de nouvelles rotations.

Les intérêts de la rotation de banches

Le lissage des cadences

La réflexion vise à lisser au mieux les cadences d’exécution, la cadence idéale étant celle issue du calcul :

Cadence = Quantité totale par ouvrage du niveau / Nombre de jours d’exécution dédiés

Pourquoi chercher à lisser les cadences ? Parce que c’est systématiquement la cadence de pointe (le jour le plus chargé) qui va déterminer :

  • la quantité de matériel à commander
  • l’effectif à affecter à la tâche
  • l’amplitude de travail journalière

Ces graphiques illustrent ce phénomène. Les flèches rouges montrent clairement les conséquences du déséquilibre des cadences.

Gardez en tête que le chantier va payer tout le matériel commandé, y compris celui inutilisé les jours calmes, et il en est de même pour la main d’œuvre : vous n’allez pas renvoyer chez eux vos ouvriers inoccupés un jour de sous activité.

Le lissage a donc pour conséquence de réduire le coût de la construction, en économisant sur les volumes de matériel ainsi que sur la main d’œuvre.

L’amélioration de la sécurité

Matérialiser le déroulement des opérations permet de vérifier que le cheminement des ouvriers vers le poste de travail se fait en toute sécurité. En fonction de la position des passerelles, des coffrages de voiles et coffrages de plancher, des escaliers en place…

Le respect d’une rotation est donc un premier pas vers une diminution des accidents de travail. L’anticipation permet bien souvent d’éviter les comportements à risque.

Le dessin de la rotation de banche

Le logiciel

Il existe des logiciels spécialisés dans les méthodes mais une grande partie des entreprises n’en étant pas équipée je commencerai par illustrer la méthode de production d’une rotation sur un logiciel de DAO tel qu’AutoCAD.

Le fond de plan

On partira du plan béton armé que l’on va épurer :

  • les élévations (coupées) seront représentées en traits fort, couleur noire,
  • les cotations seront masquées,
  • tout autre élément sera en trait fin, couleur gris intermédiaire
  • l’ensemble sera enregistré en tant que bloc ou placé dans un calque verrouillé.

Les calques

Vous créerez une série de calque de la forme :

  • Jour 01 – Définitif
  • Jour 01 – Temporaire
  • Jour 02 – Définitif
  • Jour 02 – Temporaire
  • etc.

« Définitif » désigne tout ce qui sera visible le jour J et encore visible à J+1 (les ouvrages BA par exemple)

« Temporaire » désigne tout ce qui sera visible le jour J mais masqué à J+1 (banches, annotations…)

Chaque couple de calque définitif/temporaire possèdera une couleur qui lui est propre.

Le dessin d’un jour J

Vous placerez des polylignes (épaisseur définie par la variable PLINEWID) à l’axe des voiles réalisé le jour J. Ces polylignes seront dans le calque Jour J – Définitif.

Le matériel employé pour réaliser ces ouvrages sera placé dans le calque Jour J – Temporaire

Vos présentations

En fonction de votre version d’AutoCAD, la démarche est différente. Le principe est le suivant :

Pour la présentation du Jour 01 :

  • Jour 01 – Définitif    = Visible
  • Jour 01 – Temporaire   = Visible
  • Jour 02 – Définitif    = Masqué
  • Jour 02 – Temporaire   = Masqué
  • Jour 03 – Définitif    = Masqué
  • Jour 03 – Temporaire   = Masqué

Pour la présentation du Jour 02 :

  • Jour 01 – Définitif    = Visible
  • Jour 01 – Temporaire   = Masqué
  • Jour 02 – Définitif    = Visible
  • Jour 02 – Temporaire   = Visible
  • Jour 03 – Définitif    = Masqué
  • Jour 03 – Temporaire   = Masqué

Pour la présentation du Jour 03 :

  • Jour 01 – Définitif    = Visible
  • Jour 01 – Temporaire   = Masqué
  • Jour 02 – Définitif    = Visible
  • Jour 02 – Temporaire   = Masqué
  • Jour 03 – Définitif    = Visible
  • Jour 03 – Temporaire   = Visible

Trucs et astuces

Les passerelles de banche

Vous ne pouvez pas réaliser le même jour deux voiles parallèles dont la distance est inférieure à 2 fois la largeur d’une passerelle de banche (2 x 1.10m généralement). Ceci obligerait à ôter les passerelles d’un des deux trains de banches, ce qui est à éviter en termes de sécurité et qui représente une grosse perte de temps. Mais sachez que c’est tout de même possible.

Les cotes bloquées

Réduisez tant que possible le nombre de voiles pris entre deux autres voiles déjà réalisés. Le temps de coffrage d’un voile en cote bloqué est sensiblement supérieur à celui d’un voile libre. Certes, il y aura forcément des cotes bloquées à réaliser à un moment donné, mais il faut tenter d’en faire un peu chaque jour plutôt que de toutes les faire le dernier jour de rotation.

Sachez qu’il existe chez chaque fournisseur de banches des réglettes de largeur variable. Il s’agit en fait d’une tôle pliée en équerre fixée latéralement à la banche et coulissant contre la peau coffrante. Ces dernières peuvent combler une infinité de cotes généralement entre 2cm à 30cm.

Fermez des boîtes !

La priorité d’une rotation de banches est de dégager des zone afin que l’équipe de plancher puisse intervenir. Il faut donc « fermer des boites » le plus vite possible.

Ne perdez jamais cet élément de vue. Si vous n’attaquer pas les planchers assez tôt, votre équipe de voile sera coincée au moment de passer au niveau supérieur, car elle ne pourra se poser sur aucun plancher.

La complexité des voiles

Lisser les cadences est indispensable, on l’a vu précédemment. Mais ce n’est pas le seul élément à équilibrer. La complexité des voiles est à prendre très au sérieux. On peut la juger :

  • au nombre de mannequins à mettre en place
  • à la densité d’aciers du voile
  • au travail de calage nécessaire (voile au dessus d’une rampe par exemple)
  • au travail d’assemblage nécessaire (mise en place de sous-hausses par exemple)
  • etc.

Il est ici question du temps unitaire de réalisation de l’ouvrage, sui dépend de tous ces éléments. En lissant les cadences, vous optimisez le coût du matériel, mais si vous ne prenez pas en la complexité des ouvrages, c’est l’amplitude journalière qui va augmenter !

  • 30ml x 3.00h x 1.00h/m² = 90 heures de travail, soit 13 ouvriers sur 7h/jour.
  • 30ml x 3.00h x 1.40h/m² = 126 heures de travail, soit 13 ouvriers sur 10h/jour.

Dans cet exemple, vous allez payer 3 heures supplémentaires pour chacun des 13 ouvriers ainsi que le grutier et le bétonnier s’il y a une centrale. A 30€/heure sup., ça représente 450€ de perdus !

La superposition des cycles

Superposez votre rotation de voiles du niveau N et la rotation de plancher haut du niveau N-1 ! N’allez pas faire des voiles là où il n’y a pas de dalle en dessous…

Exemple de rotations de banches et de planchers

Phasage 3D cycle de construction d'un étage

Cycle de réalisation 3D réalisé par Thiago Correia : Cliquez pour voir le carnet complet

Rotation de banches en 3D

Cycle de réalisation 3D réalisé par Karim Talbi : Cliquez pour voir le carnet complet

Tutoriel vidéo complet

Conclusion

Faites-vous aider par un chef de chantier ou un conducteur de travaux ! D’un part parce que leur expérience vous aidera à optimiser la rotation, mais surtout parce qu’il n’y a pas UNE rotation mais DES rotations possibles, et chaque équipe a ses habitudes de travail. Une rotation perd tout son sens si elle n’est pas appliquée !

Gardez votre fierté dans une poche et pliez-vous à leurs habitudes de travail, c’est le meilleur service que vous rendrez à votre entreprise. Et pour crédibiliser vos propositions, suivez au préalable ma formation complète à la préparation de chantier.

Clément VALENTE

Expert en construction numérique

2 Commentaires
  • Placide MOUSSOUNDA
    Répondre
    Posted at 1 h 44 min,20 octobre 2017

    Je suis intéressé par votre expertise. Et je souhaiterai collaborer avec vous.

Ecrire un commentaire

Commentaire
Nom
Email
Site web